La morale bourgeoise se caractérise avant tout par le principe d’économie qui prend la forme de l’injonction à l’économie pécuniaire, à l’économie dans l’apparat vestimentaire et à l’économie des forces sexuelles. À cause de leurs habitudes et de leur profession, on accuse les prostituées de ne pas thésauriser, de vivre au jour le jour en dilapidant leur argent dans un luxe superfétatoire1 et d’exercer une activité qui, en plus d’être improductive économiquement, se trouve être stérile dans l’ordre de la reproduction de l’espèce. De fait, les femmes vénales constituent le mauvais sujet par excellence de la morale bourgeoise capitaliste.
De plus, en raison des conceptions qui veulent que la sexualité féminine soit passive et ne requière ni effort ni compétence, les gains d’une fille publique (qui peuvent atteindre le double ou le triple du salaire quotidien d’une ouvrière) sont parfois perçus comme un abus scandaleux et injustifié. En outre, les richesses et le luxe de certaines courtisanes sont encore plus susceptibles de susciter le blâme des personnes qui considèrent que la richesse est la juste récompense d’une longue vie de labeur. Pour cela Josephine Butler se scandalise de ce que la prostitution est un « vice dégoûtant [élevé] au niveau d’une industrie reconnue, et [qu’elle soit revêtue de] la dignité du travail, [qui est] l’attribut le plus noble de l’humanité »2.

Tiphaine BESNARD, Les prostituées à la Salpêtrière et dans le discours médical : 1850-1914; une folle débauche, L’Harmattan, 2010. p. 108

Publicités

Tagué:, , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :