Wages for housework is only the beginning, but its message is clear: from now on they have to pay us because as females we do not guarantee anything any longer. We want to call work what is work so that eventu· ally we might rediscover what is love and create what will be our sexuality which we have never known.

Silvia Federici, Wages Against Housework, 1974

Publicités

Tagué:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :