Archives de Tag: Anticapitalisme

Il est indéniable que la situation à laquelle nous nous trouvons confrontés est très différente de celle qu’ont connue et combattue les féministes des années 1970. Un changement crucial a résulté de la crise de l’« État-providence », c’est-à-dire de la réduction drastique de toutes les formes d’investissement dans la reproduction de la main-d’œuvre qui, combinée à la migration mas- sive des femmes vers le travail salarié, a généré une crise reproductive et politique. Le dilemme – souvent présenté par les mouvements pour la justice sociale/anticapitalistes – a été de savoir s’il fallait lutter pour reconstituer l’État-providence tel que nous l’avions connu ou accepter sa crise comme étant irréversible, voire l’accueillir positivement comme un fondement sur lequel construire des formes plus indépendantes de reproduction sociale qui ne soient pas liées à un accord de productivité ou à la représentation média- trice de syndicats ou de partis.
Toutefois, cela […] pourrait ne pas être une alternative réalisable dans un contexte où une grande partie de la richesse que nous avons produite est toujours retenue en otage par l’État. La question […] n’est pas de savoir si nous devons ou non défendre le « salaire social », mais comment accéder aux ressources détenues par l’État – argent, actifs, services – et se les approprier sans subordonner leur acquisition et leur utilisation au contrôle de l’État sur nos vies. […]

Camille BARBAGALLO et Silvia FEDERICI, “Travail domestique, du care, du sexe et migrations dans le contexte de la restructuration néo-libérale : de la politisation du travail reproductif. In Genre, migrations et globa- lisation de la reproduction sociale. Cahiers genre et développement. N° 9. (Dir.) C. Verschuur et C. Catarino. 421-430. Paris : L’Harmattan.” p.  425

Publicités