Archives de Tag: Aromantisme

Je m’identifie comme aromantique. C’est un mot bizarre, je sais, mais c’est un mot que j’aime beaucoup. C’est un mot qui m’aide à mettre en ordre ce que je ressens. Ou plutôt ce que je ne ressens pas.

Il rend compte du fait que je ne tombe pas amoureux.

Il rend compte du fait que je ne sais pas très bien de quoi on parle lorsqu’on me parle de sentiments romantiques. Parce que je n’en ressens pas. Jamais. Je n’ai pas de coups de foudre. Je ne sais pas ce que sais d’avoir le souffle coupé ou les pensées sans cesse occupées par l’être aimé. Et voilà. C’est comme ça. Deal with it, comme on dit.

Pas de malentendus, je n’ai pas une attitude négative à l’égard de ce qui est “romantique”. Je n’ai rien contre les gens amoureux. Je n’ai rien contre les sentiments amoureux. Je n’ai rien contre les petits coeurs en papier mâché. Rien du tout.

Petit cœur en papier mâché
Par contre, j’ai clairement un problème avec une certaine idée de l’amour romantique. Une idée qui fait l’unanimité. Une idée avec laquelle tout le monde semble d’accord et personne contre. Une idée que tout le monde connaît.

Une idée, ou plutôt une histoire sur l’amour romantique que l’on adore se raconter, et jusqu’à la nausée.

C’est cette histoire qui raconte que l’amour romantique (hétérosexuel) est cette expérience ultime, cette expérience qui est tellement importante que sans elle, on ne devient pas tout à fait un être humain. C’est aussi cette histoire qui raconte que le but principal de la vie, c’est de trouver un-e partenaire avec lequel vous vous engagerez dans une relation romantique aussi intense que durable.

Et il y a une suite. Si cette expérience de l’amour est obligatoire pour devenir une “vraie” personne, c’est parce qu’à travers elle, on se découvre soi-même. C’est parce que c’est par cette expérience que l’on apprend à exprimer vraiment ce qu’il y a en nous. C’est par cette expérience que l’on donne du sens à sa vie, c’est par elle que l’on atteint le bonheur. Rien que ça.

Je vais vous dire : je trouve cette histoire absolument gonflante. On pourrait déjà dire beaucoup sur l’hétérosexisme et le monosexisme que l’on y trouve (il s’agit bien de l’amour entre UN homme et UNE femme). Mais puisque d’autres le font bien mieux que moi, je m’abstiens.

Mais en plus : quelle place elle donne aux personnes qui ne ressentent pas de sentiments romantiques ? Ou aux personnes qui n’ont pas accès à ce type de relations ? Qu’est-ce qu’on fait quand on ne ressent pas de sentiments romantiques ? J’ai pas l’impression que c’est prévu dans le scénario, ça.

Si je ne ressens pas de sentiments romantiques, est-ce que ça veut dire que ce que je ressens a moins de valeur ? Est-ce que ça veut dire que je ne suis pas en mesure de ressentir les vrais sentiments importants et donc romantiques ?

Est-ce que ça veut dire que je n’atteindrais jamais le vrai sens de moi-même ? Est-ce que ça veut dire que mes relations avec les autres sont moins importantes ? Est-ce que ça veut dire que je ne saurais jamais ce qu’est le bonheur ? Est-ce que ça veut dire que je suis moins humain ?

De quelle manière je vais expliquer à la personne avec qui j’ai une relation que je “l’aime” même si cet amour n’est pas romantique ? Avec quels mots je vais le dire, sachant qu’il n’en existe aucun ? Comment est-ce que je vais faire pour lui faire sentir que notre relation est importante ?

Et de manière encore plus large : quel genre de sentiments il faudrait que je ressente pour être vraiment humain ?

Quel genre de sentiments faut-il ressentir pour être vraiment humain ?

Publicités