Archives de Tag: Discours médicaux

But when people…

But when people who do not wish to stop prostituting themselves go to the Prostitutionsenheten, they find they are not necessarily welcome. One interviewee was very critical even about the way prostitutes are “welcomed”: the strongly negative judgement passed on prostitutes is evident in the way they are treated even in this service expressly dedicated to them. The same negative judgement on the Prostitutionsenheten attitude is voiced by Tanya Holm, who interviewed several prostitutes. Officially, prostitutes are not criminals, but unofficially they are: if they do not accept to stop prostituting themselves, the official view on prostitution in Sweden does not allow them to be considered anything less than betrayers of the female gender. […]
A woman I interviewed who had sought advice from the Prostitutionsenheten at a moment when she was pondering possible life alternatives, was offered psychotherapy; as she discovered during the therapy sessions, it was aimed at uncovering the sexual violence she had suffered as a child. The problem was she had suffered none: «I felt very confused, I started to doubt what I knew… at the end I left therapy», she said. She said this also happened to other friends of hers. The rigidity in the official conception of prostitution does not therefore seem to help much in establishing a therapeutic dialogue. Even the gynaecological services of the Prostitutionsenheten are marked by an authoritarian approach: I heard of a permanent means of contraception (slow-release hormone) implanted without bothering about the woman’s doubts and objections. There do not seem to be internal projects of evaluation of the Prostitutionsenheten, or at least they are not available to the public, and after an initial contact and two interviews, further requests of clarification on my part (on the issue of mental diseases, for instance) were left unanswered.

Daniela Danna, « Report on the city of Stockholm », in Prostitution and Public life in Four European Capital, p. 37-38

Mais quand des personnes qui ne souhaitent pas arrêter de se prostituer vont au Prostitutionsenheten, elles trouvent qu’elles ne sont pas forcément les bienvenues. Une interviewée était même très critique de la manière dont les prostituées sont « accueillies » : le jugement très négatif porté sur les prostituées est évident dans la manière dont elles sont traitées même dans ce service qui leur est spécialement dédié. Le même jugement négatif sur l’attitude Prostitutionsenheten est émis par Tanya Holm, qui a interviewé plusieurs prostituées. Officiellement, les prostituées ne sont pas des criminelles, mais officieusement, elles en sont : si elles n’acceptent pas d’arrêter de se prostituée, le regard officiel sur la prostitution en Suède ne permet pas de les considérer comme autre chose que des traitre au genre féminin. […]

Une femme que j’ai interviewée et qui avait à un moment cherché conseil au Prostitutionsenheten lorsqu’elle réfléchissait à des possibles alternatives de vie, s’est vue offrir une psychothérapie; comme elle l’a découvert durant les sessions de thérapie, le but était de découvrir les violences sexuelles font elle avait souffert étant enfant. Le problème était qu’elle n’en avait souffert d’aucune : « Je me sentais très troublée, j’ai commencé à avoir des doutes sur ce que je savais… à la fin j’ai abandonné la thérapie », dit-elle. Elle dit que cela est aussi arrivé à d’autres de ses amies. La rigidité de la conception officielle de la prostitution ne semble dès lors pas être d’une grande aide dans l’établissement d’un dialogue thérapeutique. Même les services gynécologiques du Prostitutionsenheten sont marqués par une approche autoritaire : J’ai entendu parler de moyens permanents de contraception (hormones à libération lente) implantés sans s’inquiéter des soutes et objections des femmes. Il ne semble pas qu’il y ait des projets internes d’évaluation du Prostitutionsenheten, ou en tout cas pas accessibles au public,  et après un contact initial et deux interviews, mes autres demandes de clarifications (sur l’enjeu des maladies mentales, par exemple) sont restées sans réponse

Publicités

Dalla Costa : knowledge of the witches and masculinization of the obstetric field.

This combined strategy of “denying access” and “outlawing” well-educated urban healers in Europe was so effective that by the end of the fourteenth century the campaign by professional doctors against them was practically over. Male doctors obtained a monopoly in medicine for the wealthy classes.

Obstetrics, however, still lay outside their expertise and, despite a wealthy clientele, remained an exclusively female field for another three centuries. Obstetrics later came to face an alliance of the intent of the state, the church and the (male) medical profession, which advocated that this field also be given to the “regular” medical profession, controlled bu the state and the church, at the price of the exterminating of the “witches” – mostly midwives and healers who came from and worked among the poor. But this persecution formed part of a complex of social macro-operations that took place in various periods, some already early in the fourteenth century, and the most famous of which was the expropriation/enclosure of common lands. If the latter was used to create the misery necessary for the beginnings of the capitalist mode of production, by making available massive numbers for the workforce, the witch-hunt was used instead to expropriate from women their own bodies. This was accomplished first of all by depriving women of the knowledge and the power to decide with regards to their reproductive powers, because the reproduction of individuals – from now on, the reproduction of the workforce, as far as it concerned the expropriated and impoverished people – had to be under state control by means of the medical profession. […] Federici (1984) in particular observes how the witch hunt spread in Europe between the fourteenth and the seventeenth century, reaching an apex between 1550 and 1650, when it is estimated 100,000 women were burned alive, often after vicious torture. The victims were, as I have said, mostly country midwives guilty of knowing not only about childbirth, but also about abortion and contraceptives, as well as healers and women of ill repute. But it was much easier for women to be accused when they were alone, unmarried, old, and above all leaders of urban and peasant rebellions caused by rising prices, by the repeated levying of new taxes, and particularly by the expropriation of land. However, virgins and pregnant women were normally not sent to the stake. This (the greatest sexocide that history has ever recorded – and which represents a fundamental turning point in the history of the struggle between the classes and between the sexes, erased, even if never completely, along with the women who were executed, popular medicine, and especially the gynecological and obstetric knowledge that had been in their hands alone. This knowledge was replaced with an official medicine, controlled by the state and the church, that would need centuries before it was able to replace the void left by the extermination of healers and midwives with something authentically therapeutic. It is worth knowing that while there were witches who had acquired profound knowledge of bones and muscles, of herbs and drugs, the physicians of the time still made their prognoses using astrology.

Mariarosa Dalla Costa “Hysterectomy : A Woman’s view of its Medical Facets, Historical Development and Ethical and Legal Questions” in Hysterectomy, Capitalist Patriarchy and the Medical Abuse of Women, p. 35-36

les enfermements du XIXème siècle ont ceci d’intéressant qu’ils ne sanctionnent pas les femmes vénales en ce qu’elles sont prostituées, mais en ce que leur comportement et leur apparence manifestent un irrespect des lois imposées par le régime hétérosexuel, au sens où nous l’avons défini et qui est celui que lui donne Monique Wittig1. En cela est-il possible de soutenir que la police de Paris agit comme un instrument de normalisation des individus à la solde du régime politique hétérosexuel, en veillant à la répartition des personnes en classes de sexe mutuellement excluantes et à sauvegarder la définition des rôles et des comportements sociaux, sexuels et physiologiques telle que donnée par le discours médical.
En ce que la médecine prescrit et forclos les identités et que la Préfecture de police se réserve le droit de sanctionner toute déviance, la pratique du commerce sexuel des femmes n’est tolérée que dans la mesure où elle ne favorise pas la débauche, où elle est mise au service du délassement des hommes (et en cela de la sauvegarde de la vertu des femmes bourgeoises) et où elle ne permet pas un affranchissement (sexuel, social et économique) de celles qui la pratiquent. En somme, la prostitution réglementée et ses avatars (la menace de l’emprisonnement, les contraintes horaires et vestimentaires, la stigmatisation et la visite obligatoire) consistent dans une institution visant à réguler les rapports entretenus par les membres des classes sociales et des classes de sexes, et ce, dans la perspective de préserver la hiérarchie sociale. Cette institution repose sur l’accumulation, par les médecins et la Préfecture de police, de connaissances sur les prostituées (soit les fichiers des agents, les écrits théoriques et les rapports adressés par les directeurs des établissements médicaux au Préfet). Selon la dialectique de savoir/pouvoir mise en évidence par Michel Foucault2, ces connaissances constituent un dispositif de pouvoir ayant pour effet : sa manifestation à travers une multiplicité de rapports de force (tels qu’ils existent lors des arrestations nocturnes, des visites médicales ou encore dans les thérapeutiques de la Salpêtrière) ; sa mise en application à travers des appareils étatiques (tels que la loi de 1838 et le règlementarisme) ; son omniprésence (qui consiste en les techniques de fichage, la potentialité permanente d’une arrestation et la surveillance au sein de l’asile).

Tiphaine BESNARD, Les prostituées à la Salpêtrière et dans le discours médical : 1850-1914; une folle débauche, L’Harmattan, 2010.  p. 192-193

Ainsi Julien-Joseph Virey écrit-il dans son article « Filles » du Dictionnaire des sciences médicales que les courtisanes se présentent avec « ce maintien et ces qualités demi-viriles, comme si elles étaient déjà transformées à moitié en l’autre sexe à force de cohabiter avec les hommes » et qu’il en est même plusieurs « auxquelles pousse un peu de barbe au menton, surtout en avançant en âge »1. Le docteur Alibert affirme également que « ces femmes […] ne sont presque plus femmes »2 et que leur vie de débauche s’explique précisément par ce « caractère de la masculinité »3 qui est propice aux agissements vicieux. La masculinité des femmes qui « appartiennent à des races inférieures » est également attestée par les anthropologues Cesare Lombroso et Guglielmo Ferrerro4.
L’exercice de la prostitution participe de ce que les médecins désignent comme la virilisation des comportements des filles publiques, phénomène dont on trouve les fondements dans la liberté sexuelle dont elles jouissent, leur fréquentation de l’espace public nocturne, leur autonomie financière et l’affranchissement dont elles font preuve à l’égard de l’injonction au mariage. Mais c’est surtout l’infertilité5 des prostituées et « l’amour maternel, sentiment inhérent à toute femme, [qui] fait défaut chez elles la plupart du temps »6, qui suscitent le plus de commentaires de la part des auteurs.

Tiphaine BESNARD, Les prostituées à la Salpêtrière et dans le discours médical : 1850-1914; une folle débauche, L’Harmattan, 2010. p. 136

Le fait que l’un des symptômes d’aliénation les plus fréquents dans les registres d’entrées soit le délire des persécutions accrédite notre hypothèse selon laquelle les arrestations incessantes auxquelles sont soumises les prostituées peuvent être apparentées à une forme de persécution de la part des agents de police. D’ailleurs, les propos de certaines prostituées qui souffrent selon les médecins de délire des persécutions rappellent la crainte d’être poursuivies par les policiers et le sentiment d’être l’objet de malfaisances. Ainsi, Caroline Josèphe Suzanne Wasson manifeste-t-elle la crainte d’être poursuivie et considère-t-elle que la police désire sa perte. Elle est internée à plusieurs reprises entre le mois d’avril 1875 et le mois de septembre 1881, sur la demande de la Préfecture de police, mais les médecins de la Salpêtrière ne constatent aucune trace d’aliénation chez elle1. Quant à Marie Élise Joséphine Victoire Bouvet, une fille publique de 44 ans prévenue « d’outrages aux agents », elle se dit en butte à la haine des sergents de ville. Elle est arrêtée et internée pour la deuxième fois le 7 mars 1874 et sort le 24 mars de la même année car elle fait preuve de bon sens dans ses réponses et « [n’a] point donné de signes d’aliénation mentale »2.
Cela nous permet de soutenir que ce qui est pris comme pathologique et qui justifie l’enfermement est en fait le résultat même de la politique coercitive préfectorale3.

Tiphaine BESNARD, Les prostituées à la Salpêtrière et dans le discours médical : 1850-1914; une folle débauche, L’Harmattan, 2010. p. 73-74