Archives de Tag: Panique morale

Puisque la sexualité dans les sociétés occidentales est tellement mystifiée, les guerres à son sujet sont souvent livrées avec des angles de tir obliques, visent des cibles bidons, sont animées de passions qui se trompent d’objet et sont hautement, intensément symboliques. Les pratiques sexuelles servent souvent de signifiants à des craintes individuelles et sociales avec lesquelles elles n’entretiennent pas réelleemnt de relation logique. Pendant une panique morale, de telles peurs se cristallisent sur une activité ou une population sexuelle infortunée. Les médias se répandent en cris d’indignation véhémente, les masses se comportent comme uen foule hystérique, la police reprend du service et l’Etat instaure de nouvelles lois, de nouveau règlements. Quand la vague de furer disparait, un groupe érotique innocent a été décimé et l’Etat a étendu ses pouvoirs à d’autres champs du comportement érotique.
Le système de stratification sexuelle fournit des victimes faciles qui n’ont pas le pouvoir de se défendre, ainsi qu’un appareil déjà constitué permettant de contrôler leurs mouvements et de brider leurs libertés. L’opprobe à l’encontre des dissidents sexuels les laisse sans défense sur le plan moral. Chaque panique sexuelle a des conséquences à deux niveau. C’est la population cible qui souffre le plus, mais tout le monde est touché par les mutations légales et sociales.

Gayle RUBIN, “Penser le sexe”, in Surveiller et jouir – Anthropologie politique du sexe, Epel, 2010, traduction Flora Bolter, Christophe Broqua, Nicole-Claude Mathieu et Rostom Mesli, p.182

Publicités